invest in detroit

L'immobilier peut représenter une partie importante de votre patrimoine.
Il est judicieux de le diversifier dans une ville mythique en plein essort.

Le renouveau économique de Détroit

En février 2018, le prestigieux New York Times titrait : ” Detroit: The Most Exciting City in America?” Un titre qui en dit long sur la nouvelle attractivité de "Motown", la capitale de l'automobile américaine. Selon les chiffres du Bureau of Labor Statistics, le taux de chômage de la ville de Détroit est passé de 28 à 5 % en moins de dix ans. Les douze milliardaires qui ont lancé le "made in Detroit", après la faillite de 2013, sont en passe de réussir leur pari.

En 2030, Détroit se classera parmi les 20 plus grandes villes américaines. La région métropolitaine de Détroit aura un système de transports interconnecté qui viendra compléter et confirmer le rôle de la ville comme plaque tournante mondiale pour le transport, la distribution et la logistique. Avec son ambitieux programme de soutien aux entreprises, à l'entrepreneuriat et aux start-up, la métropole doublera le nombre d'emplois actifs. En 2030, Détroit aura radicalement changé : vaste programme de démolitions et de reconstructions, création de quartiers verts, réhabilitation des structures historiques, espaces ouverts communautaires...

Dan Gilbert, premier courtier de crédit sur le net, possède une vingtaine d'immeubles avec plus de 10 000 salariés dans le centre-ville. Ilich, le roi de la pizza, a financé la Little Arena de 20 000 places qui accueille les concerts et les matches de hokey en plein centre-ville. Moroun, propriétaire du seul pont reliant le Canada aux États-Unis par Détroit, vient de poser la première pierre d'un nouvel édifice encore plus imposant. Les grosses entreprises ne sont pas en reste. Google a installé le siège de la Google Car à Novi, Ford développe le véhicule autonome électrique dans son usine de Flat Rock et compte créer 5 000 emplois.

UN CONTEXTE FAVORABLE A L'INVESTISSEMENT LOCATIF

  • Un prix inférieur au coût de la construction
  • Moins de 600 $ du mètre carré pour les Single Home
  • Le montant des loyers ayant quant à lui peu bougé depuis la crise, les performances de rentabilité potentielles sont comprises entre 8 et 10 %, voir plus selon les quartiers

Pour exemple, une maison de 3 chambres louée entre 750 et 850 $ verrait son prix multiplié par 2,5 d’ici 5 ans.

Quelques repères....

  • 185 m$ d’investissements dans la modernisation de l’éclairage public + 55 000 nouveaux réverbères LED dans toute la ville.
  • 80 nouveaux bus financés par le gouvernement fédéral, qui permet depuis la première fois en 20 ans, de respecter les liaisons affichées.
  • 7 000 maisons démolies à une cadence de 100 à 150 maisons démolies par la ville chaque semaine en 2015. (16 500 $ de coût pour la démolition d’une maison)
  • D’ici à 2030, Détroit aura une population stabilisée entre 800 000 et 900 000 résidents.
  • Depuis 2014, le ramassage des ordures ménagères a été privatisé et réorganisé pour solutionner le problème des ordures déposées illégalement (650 tonnes en moyenne de déchets sauvages).
  • Baisse de la criminalité de 7% en 2015, par rapport à 2014 et -11% par rapport à 2013.
  • La ville a lancé 4 nouvelles applications mobiles pour aider les habitants dans la vie quotidienne et pour améliorer la communication des services pour la sécurité publique (Smartphones, caméras, + 2 000 ordinateurs remplacés dans les administrations).

détroit, UNE VISION CLAIRE POUR SON AVENIR :

En 2030, Détroit aura une population stabilisée comprise entre 800 et 900 000 résidents, ce qui la classera parmi les 20 plus grandes villes américaines. La région métropolitaine de Détroit aura un système de transports interconnecté qui viendra compléter et confirmer le rôle de la ville comme plaque tournante mondiale pour le transport, la distribution et la logistique. Avec son ambitieux programme de soutien aux entreprises, à l'entrepreneuriat et aux start-up, la métropole doublera le nombre d'emplois actifs. En 2030, Détroit aura radicalement changé : vaste programme de démolitions et de reconstructions, création de quartiers verts, réhabilitation des structures historiques, espaces ouverts communautaires...

Un contexte favorable à l'investissement locatif.

Des banques qui se délestent de leurs actifs immobiliers saisis après la crise des subprimes de 2008 et une demande locative très forte, sont les deux moteurs d'un cercle vertueux dont nombre d'investisseurs français peuvent largement bénéficier. Le montant des loyers ayant quant à lui peu bougé depuis la crise, les performances de rentabilité potentielles sont comprises entre 8 et 10 %, voir plus selon les quartiers.

Quels sont les meilleurs types de maisons à acheter ?

Les meilleures maisons sont celles où les locataires ont envie d’habiter, où ils se sentent en sécurité. Nous louons la plupart du temps à des familles avec plusieurs enfants, raison par laquelle nous recommandons l’achat de maisons avec au moins 3-4 chambres. Lors de la revente, la taille de la maison est aussi un facteur important pour les familles cherchant à emménager. Il est préférable de se positionner sur le plus gros marché qui est en l’occurrence celui des familles de quatre personnes minimum.

Est-il facile de congédier un locataire ?

Aux États-Unis, la loi favorise le propriétaire, au détriment du locataire. Une procédure d’éviction prend en moyenne un mois. Nous faisons appel à un agent spécialisé qui passera par la cour de justice et le département du shérif pour officialiser l’éviction. Le coût moyen est de 700 $.

Reste que certains points ne doivent pas être négligés.

Réussir un bon investissement, c'est, avant tout, avoir une excellente connaissance du marché local. L'autre point fondamental en est une gestion suivie. Travaux, location, entretien et comptabilité demandent du temps et doivent être réalisés sur place, afin de garantir une réelle rentabilité. Investir dans l'immobilier signifie être prêt à devoir faire face à des dépenses variées, visant à maintenir le bien en bon état d'exploitation au fil des années.